Fin des emprunts toxiques ? De la Com' a la réalité

Dans son « bilan de mandat », la municipalité a publié l’encours de la dette jusqu’en 2018, masquant ainsi le montant des pénalités versées à Natixis en 2019.

Depuis 5 ans, le maire mène une politique d’austérité en invoquant la nécessité de réduire la dette et de se débarrasser des emprunts toxiques. Il a augmenté les impôts, supprimé des emplois, fermé des services publics et comprimé au maximum les investissements.

Et pourtant, la dette a explosé de 15% entre 2018 et 2019.
Contrairement à ce qui a été publié dans le VAC, la Ville n’a pas liquidé les emprunts toxiques. Elle va verser à la banque Natixis une pénalité de 10 millions d’euros pour bénéficier d’un taux d’intérêt fixe de 4,5% et échapper au taux variable indexé sur le franc suisse, qui s’est élevé en 2018 au niveau historique de 32,8%.
Pour payer cette somme, la ville a contracté auprès du conseil départemental des Yvelines un emprunt à taux zéro de 11 millions d’euros qui va nous coûter plus de 500 000 euros par an pendant 20 ans. Dans le même temps, nous devons continuer à rembourser le capital restant dû (4,6 millions d’euros) et les intérêts (4,5%).
Conflans ne sort pas gagnante de cette opération : la banque Natixis va percevoir en un an 10 millions d’euros, ce qui représente plus de deux fois le montant qu’il restait à rembourser et correspond précisément à la charge d’intérêt que la ville aurait déboursée sur 13 ans avec un taux constant de 32,8% !

>> Contrairement à ce qui a été publié dans le VAC, la ville n’a pas liquidé les emprunts toxiques.
Pourquoi le maire a-t-il refusé d’aller en justice, comme d’autres communes l’ont fait avec succès, alors que les contrats comportaient des clauses abusives et des vices de formes ? Pourquoi le maire a-t-il refusé de négocier le niveau des taux d’intérêt sur la base des études des instituts de prévisions au lieu d’extrapoler le cours actuel sur les 13 prochaines années ?
En prenant en compte le coût de cette opération désastreuse, la dette de Conflans augmente de 15% et dépasse le niveau de 2014, malgré la hausse des impôts et les sévères restrictions budgétaires.

LE CHIFFRE

15 % de hausse de la dette induite par le paiement d’une pénalité de 10M€ à Natixis pour «liquider» les emprunts toxiques

 

INFO

Hausse de la taxe d’habitation 18 %
C’est la hausse de la taxe d’habitation depuis 2014. Or, le montant de nos recettes excède celui de nos dépenses de fonctionnement de 3 millions d’euros, ce qui correspond exactement au montant généré par la hausse d’impôts.
Pourquoi ce budget excédentaire ?

Télécharger le pdf